Repasser d'une EIRL à AE : Rentable ?

Bonjour !

Avec le doublement des plafonds je me demande s’il ne serait pas intéressant pour moi de retourner en AE ?
Est-ce seulement possible ?

Petite mise en contexte :
Je suis consultant en marketing (BNC donc :wink: )
J’ai été AE de 2011 à 2014
J’ai créé mon EIRL en décembre 2014 car je pensais dépasser le plafond en 2015 et voulais bénéficier de la loi sur les zones franches (5 ans d’exonération d’impots sur le revenu pdt 5 ans) avant sa réforme.

Aujourd’hui : je fais un CA de 70 a 90 000€ HT / an dont 10 000 de charges (dont la moitié : 5000€ liés au fait que je sois en EIRL : location d’un bureau en Zone Franche, Comptable, etc)
Je suis imposé sur mon bénéfice environ à 50% par nos “amis” de l’urssaf / cipav / rsi / etc.

Donc aujourd’hui pour un CA moyen de 80k le calcul est :
80k de CA - 10k de charges = 70 de bénéfices - 50% de taxes = 35000€ dans la poche après impôts.

Si je comprend bien le nouveau plafond A.E mon calcul serait :
70k de CA - 5k de charges - 15 400 (=22% de cotisation) - 4000 d’impots sur le revenus (c’est ce que m’indique un simulateur si je met 25k de revenus (50k - abattement de 50%) ?) = 56 000€ dans la poche après impôts.

Devrais-je donc travailler moins (me limiter à 70k de CA) pour gagner plus ?! Ou ai-je raté quelque chose dans mon calcul ?

Si mon calcul est bon : est-ce possible de repasser en AE après avoir été en EIRL pendant 2 ans 1/2 ?

Merci d’avance pour vos lumières !

Bonjour,

J’espère que tu obtiendras prochainement réponse à ta question, et je vais suivre de près celle ci car j’aimerai savoir si ton calcul est exact avec 70K de revenus en AE.

Quand bien même dans mon cas, il faudrait compter sur l’ACCRE en plus, mais avec des revenus complémentaires, donc certainement plus d’imposition. Mais d’ailleurs, 2018 n’est elle pas sensée être une année blanche ? Donc pas d’impôt sur les revenus 2018 en 2019 ??

Bref, je ne veux pas pourrir ton post, je vais poser mes questions dans un nouveau sujet. Plein de bonnes choses pour toi !

@Kherty Je sais que le sujet est ancien, mais par curiosité, es-tu repassé à AE?

Moi AE, j’envisage de passer à microentrepreneur avec option EIRL (je crois que c’est légèrement différent de EIRL tout court).

Quelles sont les 5000€ de charges en EIRL? (as tu dû prendre un bureau exprès?)

Merci d’avance pour ces infos

1 J'aime

Finalement non je suis resté en EIRL mon chiffre ayant explosé en 2018 / 2019.

oui j’ai du prendre un bureau exprès pour bénéficier de la zone franche ainsi qu’un comptable.

2 J'aimes

Merci pour l’info @Kherty. Tu es EIRL ou « micro-entrepreneur avec option EIRL » (je crois que ça existe) ?

Petite question: ça coûte combien environ de faire une « déclaration d’affectation de patrimoine » ? Tu l’as fait chez un notaire ou comptable ?

Par ailleurs, en tant que consultant en marketing, j’imagine que tu es dans le même cas que moi : le patrimoine de l’entreprise c’est pas grand chose, éventuellement juste ordi + 2 trois trucs. On est obligés de faire une déclaration de patrimoine pour ça ?

Dernière question : tu peux rester en régime micro (max 70k activités libérales / 170k activités commerciales) + franchise de TVA, en étant en EIRL ?

Moi j’envisageais l’option RL pour séparer le patrimoine perso de l’entreprise et étanchéifier le perso en cas de gros pépin de l’entreprise. Ca te paraît adapté ?

Question les amis : comment pourrait-il y avoir de « gros pépins » s’il s’agit de prestations de services ?

La séparation du patrimoine est en général intéressante pour les commerçants qui achètent et vendent des marchandises… car dans ce cas, il peut y avoir des risques…

Exemple : même si c’est très peu probable, un client qui a installé un logiciel développé pour lui par l’AE perd toutes ses données et fait un procès :wink:
Autre exemple : procès en propriété intellectuelle etc. qui peut couter un bras !

Je vois mais :

  1. Pour le logiciel, il suffit d’indiquer dans les conditions générales que le développeur ne saurait être tenu responsable de quoi que ce soit (en précisant).

  2. Procès : un AE, comme un EI, est une personne physique et non une personne morale. La loi pourrait considérer qu’il s’agit d’un individu qui est en faute (un peu comme dans ce cadre d’un emploi salarié).

Mais si cela est probable dans vos cas, il faut absolument séparer les choses au maximum. Mais si quelqu’un plagie ou vole, nul doute que la justice irait chercher très loin.